Prise en charge patients

"Les gens disent qu'en restant optimiste, on est plus heureux et en meilleur santé.

Enfant, on nous apprend à sourire, à être de bonne humeur, à faire bonne figure.

Adulte, on nous dit de voir le bon côté des choses, faire contre mauvaise fortune bon coeur, voir le verre à moitié plein.

Mais régulièrement la réalité, nous force à arrêter la mélodie du bonheur. Vous pouvez tomber malade, votre copain peut vous trompez, vos amis peuvent vous décevoir. C'est dans ces moments là qu'on a le plus envie d'être soi-même, de tomber le masque et de montrer son vrai visage, angoissé, malheureux".

Grey's Anatomy

 

Encore aujourd'hui, parler de son trouble psychique ou consulter pour les personnes concernées reste difficile et tabou. Au cabinet, je m'investis à vos côtés car vous avez besoin "d'être pris au sérieux", "d'être écouté" et de ne pas être considérés comme "non performants", "fragiles" ou "faibles".

Les troubles psychiques peuvent toucher n'importe qui et plonger chacun d'entre nous dans un mal-être profond et durable. Mon principal objectif est donc de vous aider à préserver votre santé psychique. Lorsque vous venez au cabinet, vous n'êtes ni "bizarre" ni "fou", vous êtes accueilli avec respect.

DROITS DU PATIENTS

La prise en charge 

 

Elle nécessite un contrat entre la psychanalyste et le patient, c’est à -dire l’accord entre les deux parties.

 

Droit à l’information

 

Lors du premier entretien, je précise les frais, la durée des séances, la fréquence des séances, les tarifs et les modalités de paiement, les possibilités de prise en charge.Toutes les séances de psychothérapie sont payantes même la première.

 

Pendant la prise en charge

 

La psychothérapie demande un investissement important pour le patient comme pour la psychanalyste. Il n’est pas possible de dire dès la première séance si la prise en charge aura du succès ou pas. Par conséquent, un échec ne saurait être rapproché au psychanalyste qui intervient dans les règles de l’art. Si les troubles du patient nécessite une médication, je pourrais solliciter l’aide d’un confrère psychiatre (à condition de ne pas rompre le secret professionnel).

 

Mise en place d’un dossier

 

Un dossier confidentiel est constitué pour chaque personne rencontrée en psychothérapie. Lors de chaque rencontre, des informations en rapport avec le déroulement du processus thérapeutique sont inscrites dans ce dossier. La transmission d’informations à votre sujet à une tierce personne ne peut être faite qu’à la suite d’un consentement écrit de votre part. 

 

Obligation de coopération du patient

 

La motivation et l’investissement du patient sont nécessaires pour la démarche psychothérapeutique. L’amélioration de l’état de santé ou la guérison ne repose pas uniquement sur la psychanalyste. En effet, la psychanalyste s’appuie sur les informations que le patient lui donne; ces informations doivent être la plus complète possible. Il ne sert donc à rien de cacher ou de minimiser les choses même si elles sont désagréables. Toute information est importante pour le déroulement de la thérapie.

 

Le patient doit respecter les modalités définies par la psychanalyste (fréquence des séances, durée des séances, honoraires).

 

Le règlement des honoraires présenté par votre psychanalyste est une obligation légale. Il n’y a pas de mauvaises surprises, vous trouvez le montant sur le site internet et elle vous en parle lors de la première séance.

 

Secret professionnel

 

La psychanalyste est tenue au secret professionnel. Elles ne peut pas dévoilées les informations données par le patient à un tiers sans l’accord de ce dernier.

 

Annulation de rendez-vous

 

En prenant rendez-vous avec la psychanalyste, vous êtes censé être présent à ce rendez-vous. Il peut     arriver que vous ne puissiez pas venir, merci de prévenir votre psychanalyste 24 heures à l’avance. Il convient toutefois de ne pas annuler un rendez-vous à la dernière minute. Si la psychanalyste n’a pas le temps de l’attribuer à quelqu’un d’autre, elle est en droit de réclamer une indemnisation. 

 

La fin de la prise en charge

 

Le patient est libre d’arrêter sa thérapie après en avoir parler avec sa psychanalyste. Un bilan de fin de thérapie sera effectué.

La psychanalyste peut aussi mettre fin au contrat thérapeutique quand le patient ne coopère pas ou si le montant des impayés est élevés. Il est cependant important de s’interroger sur les raisons qui motivent l’interruption d’une thérapie. Il est toujours préférable de faire part de son ressenti pendant les séances de thérapie, même quand on a l’impression d’être dans une impasse ou d’être incompris de son psychanalyste.

Urgences psychiatriques immédiates

(agressivité, délires, hallucinations, idées suicidaires ou tentatives de suicides)

La prise en charge des situations de crise et d'urgences psychiatriques est assurée assurées par les numéros d'urgences (pompiers, police, Samu) ou les urgences psychiatriques.

Cliquez sur le lien ci-dessous:

​Urgences psychiatriques